Forsvarets Forskningsdatabase

Engelsk

Image of Enemy/Image d'ennemi: A Naturalistic or an Expressionistic Picture/Un tableau naturaliste ou expressioniste

Studenteropgave: Master speciale

  • Kjeld Galster
Stabskursus, Stabskursus
Galster, Kjeld Hald. MA (War Studies). Royal Military College of Canada. May 2004. Image of Enemy: A Naturalistic or an Expressionistic Picture. Supervisor: Dr. Michael Roi. Societies at war rely on perceptions and preconceptions of their enemies. In many ways, the perceptions are shaped by the use of intelligence, assessing the tangible aspects of an adversary’s society. But along with the concrete indices of national power are less palpable ones, such as psychological and societal factors, the intentions of one’s adversaries, their cultural and religious outlook, and a whole host of assumptions that often have little basis in evidence. This thesis deals with the tangible as well as the intangible factors interacting in the process of assessing an adversary asking the question: to what extent can an enemy image be expected to be clear, accurate, and real time; and how much of uncertainty and inaccuracy will remain? The thesis will analyse the problem through a four-step approach. It consists of one chapter offering an overview of historical and theoretical aspects of the construction of the image, one on the use of intelligence to draw a reliable enemy picture and one describing the antithesis of that process, viz. the influence of intangible factors. The conclusion provides a synthesis of the latter two, attempting a view into the future. This thesis will argue that, although the means of intelligence collection and processing have become increasingly sophisticated, the historical and psychological heritage pervading society and influencing its individual citizens will still form the mental backdrop of those responsible for analysing and utilising the information gathered. Uncertainty is, consequently, not likely to be totally overcome. Further, regardless of the degree of perfection of intelligence on an opponent, one cannot eliminate a need partially to rely on assumptions about one’s adversary, and these will always retain an element of inaccuracy. As a result, surprise and uncertainty will remain critical factors influencing the outcome of battles and, perhaps, wars. To be able to forecast the enemy’s decisions and actions and, thus, cancel uncertainty entirely one needs to get inside the opposing leadership’s ‘brain’. That, however, may not happen in the near future – or, indeed, it may never happen at all. RÉSUMÉ Galster, Kjeld Hald. Maîtrise es Arts (etudes sur la conduite de la guerre). Collège Militaire Royal du Canada. Mai 2004. Image d’ennemi : Un tableau Naturaliste ou Expressionniste. Directeur : Dr. Michael Roi. Les sociétés en guerre se fient sur les perceptions et des opinions préconçues au sujet de leurs ennemis. De plusieurs façons, les perceptions sont formées par l’usage des renseignements en évaluant les aspects tangibles de la société de l’adversaire. Mais en plus des signes concrets de la puissance nationale, il en existe des moins palpables, comme les facteurs psychologiques et sociaux, les intentions des adversaires, leurs perceptions culturelles et religieuses, et un grand ensemble de suppositions qui manquent souvent de fondement. Cette thèse traite des facteurs tangibles et intangibles lors de l’évaluation des suppositions sur l’adversaire en posant la question suivante : dans quelle mesure peut-on s’attendre à ce que la perception de l’ennemi puisse être claire, précise et ponctuelle ; et combien d’incertitude et d’inexactitude y demeureront ? La thèse fera l’analyse du problème par un procédé de quatre étapes qui comprennent : un aperçu général des aspects historiques et théoriques qui influencent la perception, deux chapitres sur l’utilisation des renseignements pour dépeindre la situation, et son antithèse des facteurs non-tangibles. La conclusion fera une synthèse des deux derniers pour postuler une vue de l’avenir. Cette thèse avancera l’argument que, quoique les moyens de recueillir et traiter des renseignements soient devenus très sophistiqués, l’héritage historique et psychologique de la société formera toujours le cadre de référence mental de ceux et celles qui sont responsables de l’analyse et l’utilisation des renseignements. Par conséquent, il est peu probable que l’incertitude sera complètement éliminée. De plus, peu importe la qualité des renseignements au sujet d’un adversaire, on ne pourra toutefois pas éliminer le besoin de se fier sur les suppositions au sujet de l’adversaire, et celles-ci comprendront toujours des éléments inexacts. En conséquence, la surprise et l’incertitude demeureront les facteurs critiques dans le résultat des batailles, et peut-être des guerres. D’être capable de prédire les décisions et les actions de l’ennemi, ainsi éliminant complètement l’incertitude, il faut pénétrer à l’intérieur du cerveau adverse. Cela n’arrivera toutefois pas dans un avenir rapproché – ou peut-être jamais du tout.
SprogEngelsk
Udgivelsesdato2004
Antal sider140
Log ind i Pure